histoire triste, mais vraie

 

419349-372700519468849-2010610380-n.jpg

Voici une histoire triste, mais vraie.

J'étais dans mon pré, en train de brouter la bonne herbe de juin. A un mètre de moi, Istory, la jument avec qui je partage mon pré se roulait sur le sol. Plus loin, je voyais la maison de mes propriétaires, avec,

 à coté, mon box, et celui d'Istory. C'est dans mon box, le plus grand des deux, que je suis née, que j'ai grandi, que j'ai rencontré Julia, la fille
des propriétaires, qu'elle m'a pansé pour la première fois, qu'elle m'a bridée et sellée pour la première fois. C'est dans ce pré que nous avons galopées ensemble pour la première fois, et c'est moi qui lui ai fait remporter sa première compétition. Mais, depuis quelques années, mes forces commencent à disparaître, sûrement à cause de mes 25 ans. Cela fait environ trois ans que Julia, me trouvant trop faible pour continuer à voler au-dessus des obstacles, m'a mise à la retraite, et me laisse couler des jours heureux dans ce pré avec Istory. Je regardais ma camarade de pré se rouler avec joie sur le sol, quand j'entendis des pas venir vers moi. Je poussai un hennissement joyeux en voyant Julia, désormais âgée de 30 ans, venir vers moi, un licol dans la main, une pomme appétissante dans l'autre. Je m'approchais d'elle, et elle m'emmena dans la cour, à proximité de mon box, où elle attacha la corde de mon licol. Quelques secondes plus tard, une sensation agréable me parcourus : celle d'une étrille, passée doucement sur ma robe. Une vingtaine de minutes plus tard, après qu'elle ait finie de me panser et qu'elle m'ait mise ma couverture, elle me ramena dans mon pré, où je pus piquer un bon galop avec Istory. Plus tard, une lumière orangée illumina le ciel, et les premières étoiles apparurent. Avec Istory, nous nous sommes allongées sur l'herbe chaude, et nous avons dormi côte à côte, comme toujours depuis désormais 20 ans. Quelques heures après, je me suis réveillée. De soif. J'ai marché jusqu'à l'abreuvoir, mais il était vide. Ce n'est pas grave, je sais que Julia le remplira dès demain matin. J'allais retourner dormir auprès d'Istory, quand un bruit, au loin, a attiré mon attention. Ce bruit je le connaissais vaguement, c'est celui d'un appareil dont Julia se sert parfois pour se déplacer. Mais là, j'entendais très bien plusieurs appareils. Le bruit a réveillé Istory, et nous avons toutes les deux vus une dizaine de ces appareils sur deux roues s'arrêter devant notre pré. Les personnes assises dessus ont enlevés les casques qu'ils portaient. Ils ont discuté un moment, puis sont entrés dans notre pré. L'un d'eux portaient de grandes caisses remplies de bouteilles. Il les a posées, puis, les dix personnes se sont approchées de nous. Par instinct, par peur, Istory et moi avons galopées à l'autre bout du pré. Du moins, nous avons essayé. Car certaines de ces personnes nous ont barrées la route. Je sentais la peur grandir en moi, jusqu'à ce qu'elle laisse la place à la panique. Avec Istory, nous avons toujours essayé de nous enfuir, mais ils nous barraient la route, de tous les cotés. Je ne sais pas pendant combien de temps ils nous ont fait galoper comme ça, mais quand, enfin, ils ont arrêté, j'avais du mal à tenir sur mes jambes. Même lorsque j'allais en compétition, je ne galopais pas aussi vite. Et surtout, j'avais soif. Plus soif que jamais. L'une des personnes a semblé s'en rendre compte, elle a crié quelque chose aux autres, qui ont éclatées de rire avant de dire quelque chose qui ressemblait à "vas-y, essaye, ce sera marrant !". La personne s'est approchée de grands paquets enveloppés dans du carton, et en a sorti des sortes des bouteilles de verre. Il les a ouvertes, et, l'une après l'autre, les a versé dans notre abreuvoir. Enfin ! Je vais enfin pouvoir boire. Je m'approche de mon abreuvoir et bois une longue gorgée. Avant de pousser un hennissement déchirant. Je ne sais pas ce qu'il y avait dans ces bouteilles, mais le liquide m'a brûlé la gorge. Mon cœur s'accélère. Je repars au galop, effrayée par cette brûlure qui m'a traversé au moment où j'ai bu ce liquide étrange. Puis je m'arrête. De fatigue. Ce liquide fait battre mon cœur de plus en plus vite, et j'en peux plus. Je m'effondre sur le sol. J'entends Istory galoper vers moi. Mais je n'arrive plus à la voir. Je n'ai plus qu'une seule force : celle de hennir, le plus fort que je put. Quelques secondes après mon hennissement de détresse, j'entends des pas courir vers moi. Les humains repartent avec leurs machines sur deux roues. Je vois une humaine courir vers moi et tomber à genoux à mes cotés. Julia. Mais je sais qu'il est trop tard. Je n'ai plus de force, plus de souffle. Tout se brouille autour de moi. Je n'entends plus rien. Je ne vois plus rien noir.
Lixia est morte. Elle est allée au paradis des chevaux, où elle galope désormais librement, loin de ces monstres qui l'ont tuée. Cette histoire est réelle, si ça vous a choqué, faites quelque chose, et luttez, par tous les moyens possibles, contre ces criminels qui n'ont rien d'autre à faire que d'épuiser nos chevaux avant de les forcer à boire de l'alcool !
Cette histoire ma choquée, alors si vous aussi cela vous à choquer, mettez la sur votre mur.
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

1237822791-u334l6hg.gif



Les Trésors de Catherine

Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com   Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com   Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com 

  Chez-youkette.com Chez-youkette.com   Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com   Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com

Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com  Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com   Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com   Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com


Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com  Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com  Chez-youkette.comChez-youkette.com  Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com


Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com  Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com   Chez-youkette.comChez-youkette.com  Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com


Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com  Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com  Chez-youkette.com   Chez-youkette.comChez-youkette.comChez-youkette.com 

  

 

 

Les Trésors de Catherine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×